Actualités

GRANDE DISTRIBUTION : DE LA NECESSITE DE SE REINVENTER POUR MIEUX RECRUTER!

Le secteur de la grande distribution a fait l’objet de profondes transformations au cours de ces dernières années. Avec l’arrivée des pure players (à l’instar d’Amazon) qui menacent et remettent en cause le modèle de commerce physique, le marché s’est fortement durci. Un enjeu de taille lorsqu’on sait que la distribution représente toujours 95% des achats alimentaires des Français !

Par ailleurs, les consommateurs ont besoin d’être rassurés et renseignés sur la provenance des produits, ainsi que les respects des normes équitables et durables.
 Les modes de consommation de demain seront plus que jamais qualitatifs, orientés vers les circuits courts et le soutien aux tendances émergentes que sont le « fait maison », le local et le bio, conformément aux attentes des consommateurs et plus particulièrement à celles des nouvelles générations.

À l’image des enseignes Leclerc et Système U qui tirent leur épingle du jeu sur le marché, la grande distribution doit donc se réinventer, en misant sur l’humain et ses compétences, sa vision et sa sensibilité [lien vers articles bilan de profilage].

 

La grande distribution : un secteur en perpétuelle mutation 

 

Face à la digitalisation de la consommation, les distributeurs doivent redoubler d’efforts pour attirer les clients dans leurs magasins. L’atout sur lequel ils doivent miser ? Proposer des produits frais en privilégiant les partenariats avec les producteurs locaux car, fort heureusement, personne n’est encore prêt à franchir le pas d’acheter du poisson ou un morceau de viande sur Internet !
L’enjeu majeur pour la grande distribution sera donc de miser sur la dimension humaine de ses activités, en mettant en lumière les métiers de ses collaborateurs et de ses partenaires, mais aussi en développant une offre de conseil à destination des clients. 

 

Afin d’aider les enseignes dans cette démarche, les recruteurs devront avant tout saisir les besoins et difficultés qu’elles rencontrent.
 D’après une enquête menée par LSA auprès de plus de 250 décideurs de la distribution fin 2018, ces derniers accordent plus d’importance aux soft skills et au savoir-être [lien avec article soft skillsqu’aux compétences techniques dans le cadre du recrutement de candidats. En effet, ils sont 94% à privilégier l’adéquation des profils avec les valeurs de l’entreprise, bien avant le niveau d’études (48%) ou l’expérience professionnelle (82%). 

 

De plus, 3 décideurs sur 4 estiment qu’il n’existe pas de parcours type pour accéder aux métiers de la grande distribution. Par ailleurs, l’enquête révèle que 55% des distributeurs estiment que les métiers du digital et leur montée en puissance représenteront un enjeu de taille en matière de recrutement dans le secteur.

 

Et ces statistiques se traduisent bel et bien dans la réalité ! Les distributeurs recrutent avant tout et de plus en plus des commerçants, dans un souci de valorisation de l’humain dans leur secteur. Les professionnels des métiers de bouche (poissonniers, bouchers, charcutiers, traiteurs, primeurs) sont plus que jamais convoités, car ils détiennent la clé de la fidélisation de la clientèle, tout en incarnant le potentiel de différenciation d’une enseigne par rapport à une autre. S’il est vital pour eux de développer ces métiers à la richesse certaine, ils sont malheureusement boudés par la jeune génération.

D’autre part, les distributeurs cherchent à développer leur identité digitale et sont donc en quête de profils variés (community managers, chargés de communication digitale, etc.) à même de déployer et d’entretenir leur notoriété en ligne. Près de 7 entreprises sur 10 assurent même avoir des projets de formation à plus ou moins long terme pour pouvoir conquérir cette révolution techno­logique.

 

Pallier le manque d’attractivité pour booster le recrutement

Si la grande distribution doit se réinventer, c’est avant tout pour répondre aux nouveaux modes de consommation, aux clients zappeurs mais aussi à la volatilité des prix et des promos dans un environnement législatif de plus en plus strict et restrictif.

La grande distribution pâtit d’une image relativement négative depuis quelques années, du fait des nombreux scandales alimentaires qui sont venus entacher la filière de l’agro-alimentaire et qui complexifient le circuit alimentaire actuel. Difficile dans ces conditions d’instaurer un climat de confiance avec les clients et de les faire venir en magasin !

Ces dysfonctionnements dans le secteur industriel ont probablement joué un rôle dans la pénurie de candidats sur certains postes stratégiques. Les profils les plus recherchés, tels que les métiers de bouche semblent être précisément les plus difficiles à dénicher ! L’important turnover parmi les employés et hôtes de caisse n’est également plus à prouver et constitue lui aussi un challenge quotidien pour les enseignes et les recruteurs…

Le manque d’attractivité de la filière, tout comme la difficulté à trouver des profils aux compétences adéquates et/ou disponibles dans les zones de recherche, sont autant de raisons mises en cause par les décideurs dans la distribution. Pour pallier à ces pénuries, les distributeurs n’hésitent donc plus à établir des partenariats avec les CFA ou encore à monter des écoles de formation en interne.

 

Redorer son blason et faire preuve d’adaptation

Afin de redorer l’image de la grande distribution, d’attirer les candidats et de faciliter le recrutement des profils clés dans ce secteur, les enseignes doivent s’emparer des marchés d’avenir pour faire évoluer leur offre en symbiose avec la demande des consommateurs et ainsi assurer leur transition en boostant leur recrutement. Certaines l’ont bien compris, à l’image de Carrefour avec son programme Act for Good ou encore le lancement de sa campagne Bio et le recrutement massif qui en a découlé. Sans oublier l’Etat qui prône toujours plus de transparence et d’information vis-à-vis des consommateurs, avec la mise en place du Nutri-Score dès 2016.

La grande distribution a également une carte à jouer dans le monde du digital, avec de réelles opportunités pour les profils tech/IT qui sauront mettre à profit l’étude des comportements et des besoins des consommateurs au service de la croissance de la consommation.
 

Forte de 17 années passées au sein d’enseignes de distribution intégrées et indépendantes à des postes opérationnels, AL Conseil Job se spécialise dans le recrutement des postes clés de la grande distribution aussi !!
Nos préconisations aux distributeurs pour les années à venir ? L’adaptation, la rapidité de décision, la finesse de gestion et l’entretien de la dimension humaine, autant de facteurs essentiels à la compétitivité des distributeurs face à la vente dématérialisée. Trouver des Hommes qui sauront s’adapter et se réinventer chaque matin, voilà la vraie finalité de l’humain dans la grande distribution !

Retour aux actualités